Image
Top
Navigation

Voyage très british sur la Tamise

Nathalie Sandoz s'est embarquée avec "Trois hommes dans un bateau". L'Express du 17 Avril 2014

GPE-7211-2Il y a plus d’un siècle, l’écrivain Jerome K. Jerome embarquait trois trentenaires désoeuvrés, passablement, et hypocondriaques, surtout, pour un voyage sur la Tamise. Un retour à la nature et au grand air, susceptible de les préserver des terribles maladies mentionnées dans leur dictionnaire médical. Depuis quelques semaines, trois comédiens rament sur le plateau du Pommier, à Neuchâtel, pour donner corps à cette aventure fluviale. Sans oublier le chien…

Le salon prend l’eau

Adapter au théâtre “Three Men In A Boat (To Say Nothing Of The Dog)” est une gageure. La metteure en scène Nathalie Sandoz n’en disconviendra pas. “Il est, certes, plus confortable de partir d’une pièce de théâtre, dans la mesure où la dramaturgie existe déjà”, commente l’intéressée, qui n’en est pas à sa première adaptation. Pour celle-ci, elle a pu compter sur l’engagement sans faille de ses trois comédiens, Frank Michaux, Daniele Pintaudi et Salvatore Orlando. “Sans vouloir usurper le terme, je dirais que nous nous sommes approchés d’une écriture de plateau. Nous avons cherché, entre autres, un langage qui se rapproche de celui d’aujourd’hui.”

GPE-7270-2
Quand il chante les beautés de la Tamise, le lyrisme “assez appuyé” de l’auteur a, en effet, très vite vieilli. Ce n’est pas, d’ailleurs, à ces lignes-là que le bouquin doit son succès. Les illusions des personnages, la peur de la mort qui leur souffle cette envie de rompre avec une existence dont, finalement, ils ne peuvent se dépêtrer, tout cela, en revanche, restait fort pertinent. Tout à fait transposable, donc, à notre monde contemporain, comme le montre d’emblée la scénographie, un salon qui peu à peu se mue en bateau.
Nathalie Sandoz a néanmoins conservé sur scène le mode de narration du roman: c’est l’un des personnages qui relate le voyage. “Il recrée ce qu’ils ont vécu. Ou, comme on dit couramment, il se la raconte. Au point, d’ailleurs, que le doute peut s’insinuer: ont-ils vraiment effectué ce voyage?” Séduite par ce décalage, cet écart entre la fiction et la réalité, Nathalie Sandoz s’est également senti des affinités avec l’humour, fortement teinté d’autodérision, de ce roman très british. La “faute”, avoue-t-elle, aux sept années qu’elle a passées à Londres. “Depuis lors, cet esprit fait partie de mon monde.”

GPE-7271-2
Exploratrice dans l’âme, Nathalie Sandoz? Toujours à la recherche de nouveaux territoires, elle a, en outre, voulu jeter un pont entre théâtre et musique, en confiant la composition de quatre chansons aux Rambling Wheels. “Chacun des quatre membres du groupe en a imaginé une, selon des thématiques bien précises.” Interprétées par les comédiens, ces chansons permettent d’ouvrir de petites fenêtres dans le cours du récit, pour que fantasmes ou angoisses – le narrateur craint de perdre sa brosse sa dent! – puissent s’y engouffrer. “Je ne me suis pas privée de m’acoquiner avec un style anglo-saxon bien apprécié, celui de la comédie musicale”, plaide Nathalie Sandoz.
A cette envie de mêler les genres fait écho, et elle ne s’en cache pas, l’espoir de faire se rencontrer différents publics. Et le chien, dans tout ça? On vous laisse la surprise!

UN BATEAU MIS A FLOT GRACE AU PRIX MIGROS

En lice pour le Grand Prix culturel Migros Neuchâtel-Fribourg, le projet “Trois hommes dans un bateau sans oublier le chien” a remporté la mise en octobre dernier, ex æquo avec “B.L.A.S.T.E.D” d’Adrien Kuenzy et Karim Bel Kacem (notre édition du 3 décembre 2013). “Nous faisions partie des cinq dossiers déposés par Roberto Betti, directeur du théâtre du Pommier” , situe Nathalie Sandoz, à l’origine de la Cie neuchâteloise De Facto.
Les 20 000 francs qui lui ont été attribués ont été déterminants: sans cette somme, la metteure en scène aurait renoncé à monter la pièce, qu’elle avait déjà dû reporter. “Je n’arrivais pas à réunir les financements nécessaires. Ce montant a vraiment fait la différence” , apprécie-t-elle aujourd’hui.
Fondée en 2011, la Cie De Facto a créé “Jérémy Fisher”, un spectacle jeune public programmé dans la saison du Pommier. “Roberto Betti nous accompagne depuis le début; grâce à son soutien, nous avons pu répéter “Trois hommes dans un bateau” sur le plateau du théâtre.”

Par DOMINIQUE BOSSHARD